dimanche 21 juillet 2013

De la fatigue en prépa.

S'il y a bien un présupposé sur la prépa qui s'avère ne pas être un cliché du tout, c'est bien la fatigue, voir l'épuisement, ce syndrome du cerveau en bouillie, purée, confiture (et autres mets gloubiboulguesques de votre choix), qui vous assaille durant la période hivernale et vous transforme, tous autant que vous êtes, en de sombres et lymphatiques flans au regard vide. (Décidément, j'ose espérer que cet article parlera aux gastronomes) N'étant pas d'une nature excessivement sportive, - euphémisme quand tu nous tiens - j'avoue que j'ai souffert de cet aspect de l'hypokhâgne, et je me rends compte que je n'en ai peut-être pas assez parlé. Mais voyez vous, je commence à m'inquiéter sérieusement de ce qu'il en sera en khâgne, où la densité de travail, à ce qu'on m'en dit, continue à croître. Comment lutter contre la fatigue en prépa ? C'est une question que je me pose toujours, et que je vous pose à vous, d'ailleurs.  Voici comment j'ai fait pour lutter un tant soit peu pendant l'année.

1- Les siestes : La première règle lorsqu'on est interne (et c'est là qu'on se rend compte de notre chance), c'est de sauter sur n'importe quelle heure de trou pour aller rejoindre son lit, même pour 20 précieuses minutes. L'heure suivant le dernier cours est aussi dédié à la couette. Pendant l'hiver, je trouve que c'est le seul moyen de tenir.
 2- Les vitamines : indispensables durant la période la plus ardue (hiver-concours-blanc-grippe-et-j'en-passe) Personnellement j'ai opté pour une cure de vitamine C, puis de levure de bière.
3- Notre ami le kiwi : J'en ai usé et abusé pendant l'année. Idem pour les oranges. Pour un effet coup de fouet, lâchez-moi ce kinder bueno, allons, pas d'enfantillages, et engloutissez-moi cette corbeille de fruits !
4- Participer en cours : Parfois, le meilleur moyen que je trouvais pour sortir de ma torpeur, c'était de lever la main pour donner une réponse, ou poser une question. Je trouve que cela permet de se remotiver, de réaliser que malgré notre état, aussi piteux soit-il, le cours est passionnant et qu'un prof tout aussi harassé est entrain de se donner à fond pour nous. Une fois redressé et alerte, on oublie sa fatigue. (ou pas)
5- Les siestes : non parce-que c'est vraiment important.

Et vous, quelles sont vos astuces contre la fatigue prépateuse ?

7 commentaires:

  1. Haha, la fatigue en prépa = le résume de notre vie à tous. De mon côté, je suis un peu une chochotte hyper sensible, c'est à dire que lorsque je suis triste, je pleure, quand je suis trop heureuse, je pleure, quand je suis en colère, je pleure, quand je m'engueule avec quelqu'un je pleure (tu auras compris le fil directeur), et donc INEVITABLEMENT quand je suis fatiguée : je pleure.
    Curieusement; pleurer quand on est fatigué, parfois ça fait un bien fou, ça permet de décharger la tension accumulée. Après, ce n'est pas la solution miracle parce que pleurer = fatigant = dormir.

    Les seules vraies solutions contre la fatigue : bien dormir (c'est à dire : lâcher le boulot après 23h30 grand maximum, de toute façon, après on est inefficace), manger sainement (c'est con, mais c'est la clé), prendre des vitamines C, et surtout s'aérer l'esprit (perso je cours le WE ou alors quand je sens que je suis trop fatiguée, je décroche de la prépa, et je fais un truc qui me plait) ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha je vois, t'inquiète tu es face à une pleureuse de compétition ;D (surtout dans la catégorie fatigue)
      Je trouve ça bien que tu fasses de la course à pieds, je pense me mettre au sport l'année prochaine aussi histoire de sortir au moins une fois par semaine de mon cocon larvesque ! J'imagine que ça aide beaucoup en ce qui concerne le moral...

      Supprimer
    2. ça permet vraiment de s'aérer l'esprit, de faire le vide des idées noires... Enfin, en ce qui me concerne, c'est assez bénéfique vu que je suis très souvent en colère ou énervée pour des broutilles (surtout depuis cette année), aller courir me fait un bien fou, ça me permet après de relativiser, et de prendre du recul

      Supprimer
  2. J'ai répondu à ton commentaire sur mon blog (à propos de Proust).

    Sinon, ta fatigue était-elle liée au fait que tu n'arrivais pas à te coucher plus tôt, ou elle était présente alors que tu dormais suffisamment la nuit ? La fatigue est l'aspect de la prépa qui me fait le plus peur, en fait, parce que quand la fatigue commence à s'accumuler ça me fait déprimer et je commence à tout voir en noir (très mauvais pour la prépa).

    Au passage, je tenais à te dire que j'aime toujours autant ton blog, même si je ne pense pas toujours à commenter, tu arrives vraiment à transmettre ta passion et c'est très agréable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, ça me fait plaisir et je te retourne le compliment !

      Ben, ça ne va pas te rassurer mais il était très rare que je me couche tard, je bossais grand maximum jusqu'à 22h ! Mais bon après ça dépend de ta forme physique en général, personnellement j'ai toujours été la dernière de ma classe en sport (genre 1.5/20 de moyenne, véridique !) et cette année j'ai rencontré des soucis de santé assez importants, alors c'est sûr que ça aide pas. Mais bon il ne faut pas partir vaincue, c'est une année intensive mais on y survit, malgré le moment de l'année où il faut faire chauffer la vitamine C :)

      Supprimer
  3. Bonsoir Mélody !

    Je me permets de poster un petit mot de remerciement pour ton blog qui, je te l'avoue, m'a bien rassuré !
    Ayant moi-même enfin obtenu le "PRECIEUX" BAC (hoho), je rentre en Hypokhâgne à Clermont-Ferrand et j'étais un peu inquiet. D:
    Mais nos personnalités semblent proches et j'ose espérer que même si ça magne un peu, ça se passera aussi agréablement que pour toi, qui a l'air de baigner dans un véritable océan passionant de culture et de livres, et c'est vraiment ce que j'attends de la classe prépa !

    Dans tous les cas, laisse-moi te souhaiter bon courage pour l'année de Khâgne et une continuation aussi fantastique(et espérons moins fatigante !)que cette année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey, merci pour ton message et félicitations pour ton admission en hypokhâgne, je pense que si tu es comme moi tu vas réellement t'éclater :)
      Alors bon courage à toi aussi pour cette année mouvementée et passionnante qui t'attend !

      Supprimer